Simard, Normand

Print this page

Norman SimardNormand Simard, producteur laitier d’Alfred dans l’est ontarien a bien compris que la santé, le support indéfectible d’une famille et le courage dans l’épreuve sont l’essentiel, bel et bien invisible pour les yeux.

Les premiers signes avant-coureurs du cancer débutent en janvier 2000 avec des diarrhées qui ne se résorbent pas. Les examens médicaux lui apprennent qu’il a une tumeur de la taille d’une orange dans l’intestin, résultat d’un cancer des ganglions (lymphome non hodgkinien), aussi appelé cancer du sang, le même que les joueurs de hockey Mario Lemieux et Saku Koivu ont bravement combattu.

Normand est aujourd’hui totalement remis de son cancer. L’homme aux yeux bleus perçants respire la vie. Du haut de ses l,90 m (6 pi 3 po), il raconte, presque sur le ton de l’anecdote banale, ses démêlées avec l’au-delà, l’autre monde qu’il a refusé d’aller visiter. « On me dit miraculé. Un soir, le personnel de l’hôpital d’Ottawa où j’étais hospitalisé a appelé Lyne parce qu’ils pensaient que je ne passerais pas la nuit… « it can be any minute now », qu’ils lui ont dit. »

« Ils m’ont enlevé 46 centimètres d’intestin. J’ai fait de la chimiothérapie et perdu mes cheveux. J’ai reçu des caméras dans tous les orifices! Les prises de sang, c’était une fois par jour. Mais la chose la plus douloureuse, c’est quand on te creuse la colonne vertébrale avec un vilebrequin… » Normand a pu bénéficier d’une transplantation de moelle osseuse autologue – sa propre moelle cultivée en laboratoire – pour stimuler la croissance de cellules sanguines saines. Puis vint le retour à l’étable, en mai 2001.

Normand s’est découvert une nouvelle passion, la moto.

Source: Article – Le Coopérateur agricole – Novembre 2007