Martel, Louise

Print this page

Photo de Louise MartelVivre avec une déficience physique est un défi au quotidien. Mon accident est survenu sur la ferme lorsqu’une balle de foin de 700 lb m’est tombée sur la tête et à causée des dommages à la moelle épinière. Imaginez-vous couché dans un lit d’hôpital, complètement paralysé du cou aux pieds et pleinement conscient.  Une mouche se pose sur votre nez.  Comment vous sentez-vous?  Quelles pensées vous habitent?  J’ai vécu tout un deuil, de la rage et de la colère. J’ai beaucoup souffert.

Comment je vis cette limitation dans mon corps?  Je sens comme si j’avais des élastiques qui serrent autour de mes membres, comme si j’étais emprisonnée dans une gaine.  Mon équilibre est instable, ma coordination est affectée et mes mouvements sont brusques. J’ai très peu de sensation avec le chaud et le froid.  Je dois être très prudente en hiver et l’été lorsque je m’expose au soleil.  Je me compte quand même chanceuse de pouvoir marcher et d’être autonome.

Un tel cheminement de vie ne se fait pas seul. Mes parents m’ont laissée chacun un bel héritage. Ma mère avait une foi inébranlable et avait une grande confiance dans la vie. Mon père avait une joie de vivre et savait apprécier le moment présent. Merci énormément pour ces cadeaux qui continuent à me servir à tous les jours.  Tout au long de ma réhabilitation, mon conjoint, ma famille et mes amies ont toujours été à mes côtés afin de m’encourager, m’écouter et m’aider à continuer de cheminer sur ce chemin parfois très cahoteux. Je ne pourrai jamais assez vous remercier pour autant d’amour et de présence.

Avec ma foi, ma famille, mes amis, la thérapie, la lecture, les conférences, les exercices j’ai repris courage, j’ai persévéré et repris goût à la vie. Je voudrais également exprimer toute ma gratitude aux personnels infirmiers, physiothérapie, ergothérapie qui m’ont dressée des programmes d’exercices tout au long de ma réhabilitation.

Au BSEO, mon employeur qui a cru en moi, même après mon accident et qui m’a donné la chance de retourner au travail. Un gros merci. J’ai effectué un retour très progressif et je travaille maintenant 3 jours par semaine et j’ai été reconnue dernièrement pour 32 ans de service.

Je ne peux passer sous silence l’importance dans ma vie de l’équipe du Phénix avec laquelle je chemine depuis déjà plusieurs années. Avec Judith, les membres du conseil d’administration, les employés et les membres de cet organisme, nous travaillons quotidiennement à l’inclusion de la personne handicapée dans la communauté. Le Phénix me donne l’opportunité de vivre ma mission. Car pour moi, la personne handicapée représente une grande force, une preuve vivante de persévérance et de dépassement.

Je crois sincèrement que les épreuves sont présentes dans nos vies pour nous faire grandir et apprendre des leçons de vie. Je rends grâce à la vie pour tous ces merveilleux bienfaits qui m’entourent et je choisis de voir et de vivre l’abondance dans le positivisme à tous les jours.