Portrait de Marie-Josée

Print this page

Dans le cadre de notre campagne de sensibilisation contre  la violence faite aux femmes et aux filles en situation de handicap, Marie-Josée nous explique ce qu’est la violence pour elle.

Marie-Josée est atteinte du syndrome d’Usher (trouble génétique qui a provoqué sa surdité et diminué sévèrement sa vue). Ce qui anime Marie-Josée, c’est d’enseigner la LSQ, langue des signes québécoise. Plus que quiconque sensible à la cause des personnes sourdes, elle aime passionnément travailler avec cette communauté.

Quand elle nous parle de la violence, elle sait ce dont elle parle : une agression par derrière, pour une personne sourde, c’est une situation qu’elle ne peut prévenir. Il en va de même pour quelqu’un qui s’adresse à une personne sourde en lui parlant de très près. Sans le filtre du son, la personne sourde peut ressentir cette proximité comme une agression. Elle nous explique, Marie-Josée, qu’une personne sourde peut très bien utiliser le cri pour exprimer une peur et que les personnes qui l’entendent peuvent ne pas comprendre ce qu’elle dit, ce qui se joue. Dans ce cas, la jeune femme nous encourage à aller vers cette personne qui ne peut s’exprimer autrement et de comprendre qu’elle a tout simplement besoin d’aide.

Marie-Josée, comme tout le monde, a ses propres rêves. Mais elle doit souvent attendre son tour pour les réaliser parce que la communication est un obstacle à leur réalisation. En habile pédagogue, elle nous rappelle que l’effort peut venir de nous, que nous pouvons apprendre les rudiments de la langue des signes et que nous pourrions alors communiquer avec les personnes sourdes et comprendre leurs rêves pour les aider à les atteindre.

La violence faite aux femmes, pour elle, se résume en quelques mots : c’est inacceptable, c’est défendu, c’est insupportable !

Et le rêve de Marie-Josée n’est certainement pas hors de portée puisqu’elle aimerait tout simplement que le monde soit plus accessible et, tiens ! pourquoi pas ? faire un petit séjour en Allemagne…

Retour à la page Violence

Le silence favorise la violence #HandicapSansViolenceClick to Tweet