Sports paralympiques

Print this page

Les jeux paralympiques, un monde à découvrir !

Tous les deux ans, environ deux semaines après les Jeux Olympiques, ont lieu les plus grands jeux internationaux pour personnes handicapées : les Jeux Paralympiques !

Et ceux-ci n’ont rien à envier aux Jeux Olympiques !  Les Jeux Paralympiques ont leur propre division et les athlètes sont soumis à des normes sévères et précises afin de participer.  La division des Jeux Paralympiques, quoiqu’elle face partie du Comité organisateur des Jeux Olympiques, a sa propre organisation, prend ses propres décisions et bénéficie d’une autonomie financière.

Le sport, c’est la santé !

L’idée d’une compétition internationale pour personnes handicapées fut inspirée par Sir Ludwig Guttman.  Suite aux deux guerres mondiales du 20e siècle, plusieurs vétérants devinrent utilisateurs de fauteuils roulants.  Le neurochirurgien inventa alors des sports en fauteuils roulant appelés les handisports.  Ces sports avaient comme objectif la rééducation des personnes handicapées.  Ils sont rapidement devenus des sports de loisir, puis de compétition.

Les premiers Jeux internationaux en fauteuil roulant, appelés Stoke Mandeville Games, eurent lieu au même moment que les Jeux Olympiques de Londres en 1948. L ‘idée fut reprise par la suite et les Jeux Paralympiques furent officiellement reconnus en 1960 lors des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de Rome.   La première édition des Jeux Paralympiques d’hiver eu lieu en 1972 à Oernskoeldsvik (Suède).  Avec les années, la compétition à intégré plusieurs autres types de handicaps physiques, ainsi que des handicaps visuels et intellectuels.  À la suite d’une tricherie chez l’équipe espagnole de basket-ball féminine aux jeux de Sydney en 2000, le Comité international paralympique a décidé que désormais les personnes ayant un handicap intellectuel ne peuvent plus faire partie des Jeux Paralympiques. Cependant, l’exclusion des athlètes ayant un handicap intellectuel est maintenant chose du passé. Le Comité a, en 2010, décrété que lors des Jeux paralympiques de Londres en 2012, ces athlètes pourront participer aux épreuves de natation, tennis de table et athlétisme

Les Jeux Paralympiques regroupent aujourd’hui plusieurs disciplines.  Les athlètes ont donc le choix entre le ski alpin, le biathlon, le ski de fond, le hockey sur luge et le curling en fauteuil roulant en hiver.  En été, nos athlètes peuvent participer à différentes disciplines en athlétisme, le cyclisme, la natation, le judo, la dynamophilie, le tennis, le basketball, le football, le goalball, le rugby, le volleyball, le tir, le tir à l’arc, le tennis de table, les sports équestres et le boccia.  À l’occasion des Jeux Paralympiques de Beijing (Pékin) en 2008, l’aviron fera aussi partie des disciplines aux Jeux d’été.

Ô Canada …

Le Canada a la chance d’envoyer des participants aux Jeux Paralympiques depuis les Jeux de 1968 à Tel Aviv.  Le pays s’était alors classé 11e sur 22 pays participants.  Aujourd’hui, le Canada envoi des représentants pour tous les sports paralympiques d’été et d’hiver, sauf pour le football (soccer) et les compétitions équestres.  Et nous faisons bonne figure!  Nos paralympiennes et paralympiens canadiens réussissent à classer le pays parmi les 15 meilleurs au monde, surtout aux Jeux Paralympiques d’été où le Canada se classe souvent dans le top-cinq au classement des médailles.

Un grand coup de roue vers l’accessibilité

Ce n’est pas tout d’organiser une compétition mondiale en même temps que les Jeux olympiques, il faut aussi voir à ce que les installations conviennent aux athlètes. Les deux grandes compétitions internationales utilisent les mêmes installations et tous les efforts sont fournis pour assurer le meilleur service possible à tous les paralympiens. À Turin, deux villages paralympiques avaient été aménagés, soit un à Turin même, pour les sports de glace, et un autre à Sestrières, pour les sports de neige. Ces villages comprenaient un centre commercial, un centre logistique, un centre de réparation pour fauteuil roulant et prothèses, ainsi qu’un secteur résidentiel. La patinoire de compétition pouvait accueillir 5000 spectateurs, dont 450 sièges étaient réservés aux personnes handicapées.

À Beijing en 2008, le village olympique fut construit autour de trois thèmes, l’environnement, la technologie et les rapports humains. Ses installations ultramodernes et son site « vert » de 66 hectares ont stupéfaient les participants. Plus de 22 nouvelles technologies « vertes » ont été employées dans l’élaboration de 36 projets écologiques responsables de la construction de l’infrastructure et des systèmes énergétiques du village olympique. D’ailleurs, le village regroupe 20 édifices de neuf étages, 22 de six étages, 3 centres de services résidentiels énormes ainsi que 9 autres à tailles inférieurs et ce, sans mentionner la polyclinique médicale et le Hall pouvant siéger 5 000 personnes où les athlètes mangèrent. Les jeux paralympiques ont eu un impact considérable sur la vie des Beijingois vivant avec un handicap, le gouvernement chinois a mis sur pied 150 centres de services communautaires à leur intention à travers la ville avant l’ouverture des jeux paralympiques.

Lorsque les Jeux sont arrivés à Vancouver en 2010, l’organisme Tourism Vancouver avec Jim Storie à sa tête a décrété en 2006 que Vancouver serait la ville la plus accessible au monde dès 2010. L’organisme a mené une campagne de sensibilisation à travers la province sur les profits que rapportent les touristes avec un handicap. Plus de 400 membres de Tourism Vancouver ont été évalués selon leur accessibilité et 5 000 employés ont reçu une formation en service à la clientèle. La ville a subi d’importantes transformations et lorsque 2010 est enfin arrivé, Tourism Vancouver a poursuit ses initiatives qui s’étaient multipliées plutôt que soustrais pendant les 4 dernières années. Refusant de se satisfaire du progrès accompli pendant la route vers les Jeux de 2010, le chef de la direction de Legacies Now, l’organisme principal impliqué derrière la candidature de Vancouver pour les Jeux olympiques et paralympiques, a affirmé que « While we’re not finished making improvements for people with disabilities by any means, when visitors experience our airport, accessible taxis and other services, they’ll affirm our positioning ». (Quoi que nous n’ayons sous aucun prétexte terminés de faire des améliorations pour les personnes handicapées, lorsque les visiteurs découvriront notre aéroport, nos taxis accessibles et nos autres services, ils affirmeront notre prise de position [en matière d’accessibilité]).

La fièvre des Jeux olympiques et paralympiques arrive bientôt à Londres et la ville bouillonne depuis déjà plusieurs années de projets d’accessibilité. La majorité des initiatives de la mairie de Londres se retrouvent dans le domaine du transport. La ville compte sept formes de transport en commun, chacune d’entre elles accessible : autobus, métro, autocar, lignes de tramway, bateaux, « Docklands Light Rail » et le train. Tous les taxis de la ville sont accessibles et il y aussi le service de transport public adapté, un service de bus conçu spécifiquement pour ceux nécessitant de l’assistance à l’embarcation. Le guide « Getting Around London » explique en détail les services offerts pour chaque méthode de transportation; il est disponible sur le site web Transport for London (www.tfl.gov.uk). En plus d’avoir déjà amené plusieurs modifications à Londres, les Jeux vont transformer une grande partie du secteur Est, le secteur avec le plus de potentiel pour le futur de la ville. Le « Docklands Light Rail », le premier train accessible du Royaume-Uni, est en expansion à travers « East London » (secteur est). Un nouveau train haute-vitesse appelé Javelin est en place depuis 2009, il amènera les gens au Parc olympique.

Sources :
International Paralympic Committee (anglais) : http://www.paralympic.org

Comité paralympique canadien : http://www.paralympic.ca/

Londres 2012 : http://www.london2012.com

Wikipedia : http://fr.wikipedia.org