Sports d’intérieur

Print this page

Goalball
Vous connaissez le goalball? Si oui, peut-être est-ce parce que vous êtes une personne qui a de la difficulté à voir puisque ce jeu a été conçu spécifiquement pour les personnes aveugles ou malvoyantes. Toutefois, il est toujours possible d’intégrer une personne voyante dans l’équipe puisque tous les joueurs doivent masquer leurs yeux. L’origine du nom est anglophone, en français le jeu se nomme le torball.

Pratiqué dans un gymnase, le goalball nécessite une balle sonore. Vos équipes seront composées de 6 joueurs, dont seulement 3 joueurs sur le terrain à la fois. Le but du goalball est de lancer la balle dans le but adverse. Pour qu’un but soit valable, la balle doit rouler sous les ficelles placées au milieu du terrain à 40 centimètres du sol. Vous aurez compris que les ficelles permettent de maintenir le ballon au sol ce qui réduit les risques de blessures. Bien jouer au goalball c’est « savoir écouter, se concentrer et se rendre le moins décelable possible ». Vous aurez compris que le public au goalball doit aussi garder le silence…

Le matériel nécessaire pour une partie est : de la ficelle divisant le terrain en deux, deux buts pour chaque équipe et un tapis en caoutchouc afin d’établir des repères au sol pour les gardiens de but et les joueurs. Pour mieux comprendre les limites du terrain, rendez-vous sur LE SITE du torball à l’adresse suivante : http://sudtorball.free.fr/ et pour mieux comprendre les règlements, rendez-vous sur le site de l’association sportive des aveugles du Québec : http://www.sportsaveugles.qc.ca/

Intéressé par un témoignage d’une adepte et athlète du goalball, rendez-vous à http://www.uqam.ca/entrevues/

Hockey-balle
Comme son nom l’indique, le hockey-balle se joue avec une balle plutôt qu’une rondelle. Il suit les mêmes règlements que le hockey sur glace. Joué dans un gymnase, le hockey-balle peut être adapté pour toutes les personnes quelque soit les limitations.

Par exemple, pour les personnes limitées visuellement, le hockey-balle devient le hockey sonore. Plutôt que d’utiliser une balle, vous pouvez utiliser une boîte de conserve de 48 onces ou une rondelle métallique. Le hockey sonore peut se jouer sur la glace ou dans un gymnase. Pour de plus amples informations, visitez le site de l’équipe des hiboux de Montréal, une équipe mixte qui mise davantage sur le plaisir de jouer que sur la compétition! http://hibouxdemontreal.org/

Le tennis, quand on est aveugle, semble un sport inenvisageable. Pourtant, c’est un enseignement que propose la Perkins School for the Blind, grâce à Sejal Vallabh, une collégienne de 17 ans, qui a découvert le tennis pour aveugle durant un stage à Tokyo, rapporte le New York Times.

Au début, les membres de la faculté de Perkins étaient sceptiques, mais l’école étant connue pour ses innovations athlétiques, comme l’escrime adaptée pour les non-voyants, a décidé de proposer le premier cours de tennis pour aveugle aux Etats-Unis. Ce sport existe déjà en Chine, en Corée du Sud, à Taïwan, en Grande-Bretagne et en Russie.

La principale adaptation est la balle de tennis. Celle-ci est en mousse emballée dans une coque en plastique qui contient des roulements à billes qui font des cliquetis à chaque rebond ou frappe. Elle est aussi un peu plus grande. Ainsi, au lieu de se reposer sur leurs yeux, comme les joueurs traditionnels, les joueurs aveugles font confiance à leurs oreilles.

Le court est également plus petit, avec un filet de badminton descendu au sol et une cordelette est scotchée le long des lignes de jeu. Les joueurs mal voyants ont le droit à deux rebonds et ceux qui sont complètement non-voyant à trois. Le match se fait en un set.

Selon William R.Wiener, doyen des études de troisième cycle à l’université de Caroline du Nord, explique: «Ecouter la balle, la localiser et la renvoyer aide probablement au sein du sport mais également dans la mobilité».

De son côté, Sejal Vallabh espère qu’un jour les Etats-Unis accueilleront un tournoi et que le tennis pour aveugle sera reconnu comme un sport officiel au sein des Jeux paralympiques.

Une autre avancée dans le monde des non-voyants, une équipe de chercheurs britanniques a réussi à implanter une micro puce dans l’oeil d’un patient aveugle depuis 20 ans, ce qui lui a permis de retrouver la vue, rapporte Sky News. La puce ne pourra cependant pas servir aux patients atteints de maladies affectant les nerfs optiques.

Source:  Slate.fr
8 juin 2012