Danse

Print this page

Danse contemporaine

L’expression du corps de l’ « Autre »
S’il existe un sport capable de nous mettre en contact avec notre corps et nos sens tout en stimulant notre créativité, c’est bien la danse. Traditionnellement réservée aux « bipèdes », voilà que les années 1980 imposent de nouveaux artistes grâce à une approche inédite : la danse intégrée.

La danse intégrée s’adresse à tous ceux qui ont une passion profonde pour la danse, peu importe leurs capacités physiques et mentales. C’est un mélange de danseurs handicapés ou non, une nouvelle forme d’intégration qui s’exécute à travers la créativité et le mouvement.

Les corps se touchent, les barrières s’effondrent, la peur fait place à l’expression créative des émotions vécues par tous, incluant les personnes vivant avec une limitation. Elle invite à l’ouverture à l’autre et à une meilleure connaissance des capacités de chacun pour arriver à un épanouissement artistique.

Comme l’indique Cécile Avivo-Blondet, fondatrice de HELP, une technique de danse adaptée aux différents handicaps, la danse rend la vue aux personnes aveugles, l’ouïe aux personnes sourdes et permet aux personnes à mobilité réduite de faire corps avec leur appareil de soutien.

Grâce à la danse intégrée, on redéfinit les limites, mais aussi les possibilités. Corpuscule danse, première école et laboratoire de danse intégrée au Québec, et vraisemblablement une des premières au Canada, relèvent le défi en explorant de nouvelles formes d’expression gestuelle. Sa fondatrice, France Geoffroy est danseuse contemporaine tétraplégique. Elle a étudié à l’école de danse intégrée de renommée internationale, CandoCo, en Angleterre. Comme plusieurs personnes handicapées physiques et intellectuelles, elle a fait la découverte de son corps et de ses possibilités.

Lors des ateliers, les élèves sont initiés à l’art de bouger, au processus de recherche et au développement de leur créativité, ainsi qu’à l’élaboration de spectacles et de chorégraphies. Ils ont la chance de participer à des événements et d’effectuer des performances devant public.

La réaction du public est d’ailleurs excellente. Le handicap disparaît, on ne voit que le danseur. Plus qu’un spectacle de divertissement, le spectateur réalise la nécessité de relativiser la vie de tous les jours. Les apparences sont trompeuses. Un corps brisé, différent, est aussi capable d’être performant et créatif. Le handicap n’enlève rien à l’humanité de celle ou celui qui le porte. Les émotions passent, peu importe le messager.

Les informations de cet article sont tirées des sites internet de Danse habile (www.danse-habile.ch), CreaHM (www.creahm.be) et Corpuscule danse (www.corpusculedanse.com). Pour plus d’information, vous pouvez aussi consulter le site internet de CandoCo Danse Company (www.candoco.co.uk) (anglais) et Yanous (www.yanous.com).

Luca  »Lazy Legz »
Le danseur s’appelle: Luca « Lazy Legz » Patuelli. Il est atteint de l’arthrogryposis, c’est-à-dire un désordre qui affecte la structure des os et une croissance musculaire de la taille vers le bas. Il a commencé à danser à l’âge de 15 ans, d’où le résultat impressionnant. Voir Vidéo.

Unijambiste
Unijambiste danseur de salsa. Voir Vidéo.