Syndrome d’alcoolisme foetal

Print this page

Le syndrome d’alcoolisme fœtal est un ensemble d’anomalies physiques et comportementales qui apparaît chez les enfants exposés à l’alcool pendant la grossesse de leur mère.  La consommation d’alcool pendant la grossesse peut nuire à l’enfant de diverses façons.  La croissance du cerveau, du corps et des organes peut être totalement retardée et  ainsi créer une incidence sur le comportement et sur l’apprentissage de l’enfant.  Une malformation congénitale peut aussi résulter de la consommation.

Le syndrome d’alcoolisme fœtal est reconnu comme étant l’une des principales causes évitables de malformations congénitales et de retard de développement infantile au Canada.  De plus, on estime que chaque jour au Canada au moins un enfant naît avec le SAF, ce qui peut le mener à vivre avec une variété d’incapacités permanentes. Un à trois enfants sur mille naîtra avec le syndrome.

Un sous-type du syndrome alcoolique fœtal est le EAF (effets de l’alcoolisme fœtal).  Il s’agit d’enfants chez qui on retrouve certains symptômes du SAF, mais pas tous (2 symptômes sur 3).  On détecte chez ces enfants quelques anomalies semblables au SAF, tels que des malformations congénitales.  Tout comme le SAF, le EAF peut être éviter.

Les études n’arrivent pas à démontrer la quantité d’alcool tolérée par la mère pour éviter de nuire au bébé.

Afin de poser un diagnostic sur le syndrome, l’enfant doit répondre aux trois critères suivants :

  • attester un retard de croissance prénatal et/ou postnatal ;
  • avoir une atteinte du système nerveux central (Ex.: anomalies neurologiques, retards de développement, troubles du comportement, troubles d’apprentissage ou autres déficits intellectuels, malformations cérébrales) ;
  • avoir des traits faciaux caractéristiques : raccourcissement des fentes palpébrales, minceur de la lèvre supérieure, aplatissement de la région maxillaire et sillon mal dessiné entre la lèvre supérieure et le nez (ne pas se confondre avec les traits qu’on peut retrouver chez divers groupes raciaux).

Causes

La principale cause du syndrome alcoolique fœtal est inévitablement l’alcool.  Les recherches n’ont pas encore permis de trouver quel pourcentage d’alcool il suffit d’avoir consommer pour donner le syndrome au bébé.  Toutefois, l’on sait que l’effet de l’alcool peut être dommageable pour le fœtus à n’importe quel stade de la grossesse.  Des études ont démontré que chez les mères alcooliques, les risques de SAF chez leurs enfants étaient plus haut tandis que les mères qui consommaient 2 à 5 verres par jour avaient des chances de transmettre des troubles d’apprentissage, cognitifs et comportementaux à leurs enfants ou lui transmettre le EAF.

Symptômes

On peut noter chez le nourrisson :

  • irritabilité ;
  • comportement agité ;
  • tremblements ;
  • très faible réflexe de succion ;
  • problèmes de sommeil et d’alimentation ;
  • retard de croissance ;
  • mauvais contrôle moteur ;
  • risque de tolérance d’alcool.

On remarque une agitation dès que le cordon ombilical est coupé en raison du manque brutal de l’apport en alcool.

Pendant la petite enfance :

  • la vitesse de croissance est diminuée ;
  • le poids n’est pas proportionnel par rapport à la taille ;
  • problèmes d’hyperactivité, d’attention, de perception, de langage et une difficulté motrice.

Pendant l’enfance (âge scolaire) :

  • l’enfant est pâle et maigre ;
  • le rattrapage du retard de croissance n’est pas atteignable ;
  • retard intellectuel notable, plus particulièrement en calcul et en langage ;
  • instabilité, problème d’attention, trouble du langage (voir dans les déficiences: Trouble du langage).

Heureusement, avant ce stade, les malformations externes ont été corrigées (s’il y avait lieu). Les enfants ont un quotient intellectuel d’environ 65 – 70. Les scores inférieurs à 70 indiquent l’arriération mentale.

Pendant l’adolescence et à l’âge adulte :

  • troubles de mémoire ;
  • problèmes de jugement (petites délinquances) ;
  • mauvais comportement adaptif ;
  • visage se modifie : il s’allonge, le menton devient massif et saillant, les yeux restent petits ;
  • impulsifs ;
  • déprimés ;
  • de 15 à 20 % des enfants atteints du SAF se retrouvent dans des collectivités pour handicapés mentaux.

Prévention

Pour le syndrome d’alcoolisme fœtal, la prévention est simple.  Il s’agit pour la mère de s’abstenir de tout alcool durant la grossesse.  Plusieurs organismes viennent en aide aux futures mamans justement dans le but de prévenir le SAF.

Pour plus d’information, téléchargez le document à l’adresse http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/fasd-fw-etcaf-ca/pdf/etcaf-ca_f.pdf ou téléphonez au 1 800 559-4514

Vous pouvez aussi visiter le site web www.alcoholfreepregnancy.ca ou téléphonez au  1 877 327-4636 pour obtenir de l’aide.