Paralysie cérébrale

Print this page

Bien des gens sont concernés par la paralysie cérébrale puisque, n’étant ni due à une maladie, ni héréditaire, elle peut toucher tout le monde.  La paralysie cérébrale touche d’ailleurs quatre nouveau-nés sur mille, et particulièrement ceux qui sont nés prématurément.

La paralysie cérébrale est la conséquence d’une atteinte neurologique : le cerveau ne transmet pas la bonne information aux muscles, causant ainsi le manque de contrôle des muscles volontaires.  Ce handicap engendre des problèmes de coordination des membres inférieurs et des membres supérieurs du corps, à cela s’ajoute d’autres problèmes au niveau de l’élocution, de la vision et de l’ouïe.  Ces symptômes sont variés d’un enfant à un autre.

Puisque la paralysie cérébrale concerne d’abord la motricité de l’enfant, il faut faire attention de ne pas machinalement associer paralysie cérébrale et déficience intellectuelle.  Cette croyance peut être dommageable pour les enfants dont les facultés intellectuelles ne sont pas déficientes.  Par contre, il est possible qu’un enfant vivant avec une paralysie cérébrale vive aussi avec une déficience au niveau intellectuel.  Certaines personnes indiquent que 20 à 35% des enfants atteints de paralysie cérébrale ont une déficience intellectuelle moyenne à sévère, et qu’environ 35% ont un quotient intellectuel moyen ou au-dessus de la moyenne.  Toutefois, il faut lire ces chiffres avec discernement puisqu’il est encore très difficile de déterminer des pourcentages exacts.

Les causes

La paralysie cérébrale est causée par des lésions au cerveau ; ces lésions peuvent être produites par l’un ou l’autre des facteurs suivants :

Avant ou pendant l’accouchement :

  • Le manque d’oxygène au cerveau dû à des complications lors de l’accouchement est la cause principale de la paralysie cérébrale ;
  • Il peut y avoir incompatibilité entre le sang de la mère et celui du père en raison du facteur Rhésus (par exemple si ce facteur est positif chez le père et négatif chez la mère).

Peu après la naissance :

  • un accident ;
  • une maladie (ex. : méningite) ;
  • une naissance prématurée augmente la possibilité de complications ;
  • certains virus ou infections contractés par la mère durant la grossesse peuvent affecter le fœtus ;
  • durant la grossesse, un médicament non prescrit ou un abus de médicament, d’alcool ou de drogue peuvent causer des dommages au cerveau.

Symptômes

  • si Bébé est très raide, difficile à changer de couche, difficile à tenir dans les bras et a tendance à se jeter vers l’arrière sans raison ;
  • si Bébé est irritable, ne dort pas bien et qu’il a des troubles alimentaires ;
  • si Bébé a une préférence pour une main alors qu’il a moins de 18 mois d’âge corrigé ;
  • si Bébé est toujours tourné du même côté, qu’il bouge de façon asymétrique et qu’il ait des mouvements qui ne sont pas harmonieux ;
  • si Bébé garde les deux mains fermées la plupart du temps, qu’il n’arrive pas à tenir un jouet les deux mains ramenées devant lui ;
  • si Bébé est difficile à asseoir, qu’il tombe souvent vers l’arrière ou sur le côté ;
  • si Bébé doit garder ses mains au sol pour ne pas tomber lorsqu’il est assis et qu’il a le dos rond ;
  • si Bébé a du strabisme (disposition des yeux qui ne leur permet pas d’être dirigés en même temps sur le même objet) ;
  • si Bébé ne dissocie pas ses mouvements, qu’il rampe en se tirant à l’aide de ses bras sans s’aider de ses jambes qui demeurent raides ;
  • si Bébé ne s’assoit pas seul alors qu’il a plus de neuf mois ;
  • si Bébé se met debout mais ne tient toujours pas assis ;
  • si Bébé a 18 mois d’âge corrigé et qu’il ne marche toujours pas ;
  • si Bébé marche en se tenant toujours sur la pointe des pieds et qu’il n’a pas d’équilibre.

Traitement

Personne n’a encore trouvé de médicament pour vaincre la paralysie cérébrale mais il existe toutefois des médicaments et des chirurgies pour l’alléger.  De plus, certaines thérapies parviennent à améliorer la mobilité.

Pour en connaître plus, visitez le site à l’adresse: http://braininstitute.ca/fr/research-data-sharing/cerebral-palsy