La résistance

Le 29 novembre 2018

À l’attention des membres du Phénix

Le 15 novembre 2018, le gouvernement de Doug Ford, dans son projet de loi 57, Loi de 2018 visant à rétablir la confiance, la transparence et la responsabilité, annonçait l’abolition du Commissariat aux services en français et mettait un terme à l’Université de l’Ontario français.

Le gouvernement a par la suite légèrement modifié sa position sans toutefois redonner au Commissariat l’indépendance dont il a besoin pour effectuer son mandat et promouvoir adéquatement les services en français.

La position du gouvernement Ford n’a pas changé pour ce qui est de l’Université de l’Ontario français. Les deux sont une perte inestimable pour la francophonie ontarienne.

La décision du gouvernement Ford met en danger l’accès aux services en français pour les francophones en situation de handicap.

Le mouvement de la résistance est né de la volonté de contrer ces coupures.

Le Phénix marque son appui à la résistance parce qu’il s’inquiète de la pérennité des services offerts en français aux personnes en situation de handicap. Notre engagement a besoin de votre soutien.

L’AFO (Assemblée de la francophonie ontarienne) suggère quelques actions concrètes à poser en cliquant sur les liens proposés :

1. Se joindre à la résistance – https://monassemblee.ca/joignez-vous-a-la-resistance/

2. Écrire une lettre à votre député.e – https://www.ola.org/fr/deputes/legislature-42

3. Signer la pétition – http://bit.ly/PetitionOnfr

4. Manifester le 1er décembre – https://monassemblee.ca/joignez-vous-a-la-resistance/manif/

Agissons maintenant pour la communauté francophone !

Agissons maintenant pour faire respecter tous les droits des francophones en situation de handicap !

Agissons maintenant pour rétablir un Commissariat aux services en français indépendant!

Agissons maintenant pour rétablir le projet de l’Université de l’Ontario français !

Nous vous remercions à l’avance des gestes que vous poserez en appui à la résistance.

La présidente, Natalie Béland

La directrice générale, Judith Parisien

Lettre_resistance